Ile artificielle de Palm Jumeirah, Dubaï Agrandir l'image

Informations sur l'image

Ile artificielle de Palm Jumeirah, Dubaï
Yann ARTHUS-BERTRAND

Photographie d'Art de Yann ARTHUS-BERTRAND, ile artificielle de Palm Jumeirah, Dubaï, Emirats arabes unis. Il y a cinquante ans, Dubaï comptait quelques maisons en pisé, un souk et un port accessible aux boutres qui sillonnaient le Golfe arabo-persique et la mer d’Oman. Enrichi grâce au pétrole des émirats voisins, cet Etat a orienté son économie vers l’accueil touristique et s’est lancé dans un programme de construction d’îles artificielles.

Caractéristiques
Orientation Paysage
Couleur Bleu

Ile artificielle de Palm Jumeirah, Dubaï

Yann ARTHUS-BERTRAND

Photographie d'Art de Yann ARTHUS-BERTRAND, ile artificielle de Palm Jumeirah, Dubaï, Emirats arabes unis. Il y a cinquante ans, Dubaï comptait quelques maisons en pisé, un souk et un port accessible aux boutres qui sillonnaient le Golfe arabo-persique et la mer d’Oman. Enrichi grâce au pétrole des émirats voisins, cet Etat a orienté son économie vers l’accueil touristique et s’est lancé dans un programme de construction d’îles artificielles.

Nos formats
Formats

390,00 € TTC

Faire un don à la Fondation

Par l'acquisition de cette oeuvre vous pouvez contribuer à des actions concrètes pour l'environnement, en réalisant un don de 3% du montant de votre achat à la Fondation GoodPlanet.
La Fondation GoodPlanet, présidée par Yann Arthus-Bertrand, a pour objectifs de mettre l’écologie au cœur des consciences et de promouvoir le vivre ensemble.

Une Fabrication 100 % Française

Un savoir faire reconnu, une exigence de qualité permanente.

Impression par l’Atelier Yann ARTHUS-BERTRAND
Tous les tirages sont imprimés à la commande, contrôlés et signés par Yann ARTHUS-BERTRAND dans son atelier situé en plein cœur de Paris.
Un certificat d'authenticité est fourni avec chaque photographie.

Pour l’encadrement, nous avons sélectionné la société Images Collées. Forte de plusieurs générations d’encadreur, elle collabore avec les Musées, Galeries d’Art, salles d’Exposition,... son savoir faire est une référence pour les professionnels.

Points de fidélité

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 290 points de fidélité. Votre panier totalisera 290 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 58,00 €.


Partager

Carte Cadeau

Pour être sûr de faire plaisir...

Offrez tout l’univers de Yann ARTHUS-BERTRAND avec la carte cadeau Hemisgalerie.
Vous laisserez toute la liberté de choix à votre destinataire.

Montant à partir de 50€, création et téléchargement directement sur notre site, valable un an y compris sur les promotions.

A déposer au pied du Sapin pour les fêtes.

En savoir plus

Il y a cinquante ans, Dubaï comptait quelques maisons en pisé, un souk et un port accessible aux boutres qui sillonnaient le Golfe arabo-persique et la mer d’Oman. Enrichi grâce au pétrole des émirats voisins, cet Etat a orienté son économie vers l’accueil touristique et s’est lancé dans un programme de construction d’îles artificielles. En forme de palmier, Palm Jumeirah est la plus petite de ces trois îles en cours d’aménagement. Un croissant de 11 km est relié à l’extrémité du palmier par un tunnel sous-marin. Ce croissant, qui accueille des palaces et des hôtels de luxe, entoure un gigantesque palmier de sable composé d’un tronc long de 2 km, relié au continent par un pont, à partir duquel s’épanouissent 17 palmes destinées aux villas. Commencé en 2001, ce chantier a coûté près de 12 milliards de dollars, et est aujourd’hui quasiment achevé malgré la crise financière qui a amené en 2009 l’Emirat au bord de la faillite. Près de 94 millions de mètres cubes de sable ont été drainés du fond de la mer pour créer l’île, et 40 000 personnes ont participé à sa réalisation. Cette prouesse technique, réalisée grâce au travail d’ingénieurs néerlandais spécialisés dans la construction sur l’eau, n’aurait pas été possible sans l’emploi massif d’une main-d’œuvre « importée ». Dubaï compte près de 1,8 million d’habitants, dont 80 % de travailleurs immigrés et sous-payés. Dans cette cité-État non démocratique où les syndicats sont interdits, et plus largement dans les Émirats arabes unis, les conditions de travail sont qualifiées de « moins qu’humaines » par l’association Human Rights Watch.

Personnalisation

Après avoir enregistré votre personnalisation, n'oubliez pas d'ajouter le produit au panier.

Texte

loader

* champs requis